Le salon Parfums & Arômes
Programme Edition 2006
Les partenaires 2006
Le Grand Casting
Les Concours
Espace Presse
Edition 2005
Les Ateliers 2005
Les Conférences 2005
Les Conférenciers
Brigitte BOURNY-ROMAGNE
Emilie COPPERMANN
Marc-Antoine CORTICCHIATO
Clarence DUCHESNE
Elisabeth de FEYDEAU
André HOLLEY
Dr Roman KAISER
Jean KERLEO
Francis KURKDJIAN
Annick LE GUERER
Barbara LE PORTZ
Alain PASSARD
Dominique ROPION
Thierry TALOU
Hervé THIS
Les Exposants 2005
Partenaires
Partenaires - Suite
Le Spectacle Olfactif 2005
Les Expositions 2005
Retombées presse 2005
Dossier de presse 2005
Photos du Salon 2005
Contacts
Infos pratiques
Home
Qui sommes-nous?
Offres
Contact
Page d'accueil
Guide du visiteur
Guide des exposants
Service de presse
Partenaires
Liens
Impressum
 




Clarence DUCHESNE est conseil en reconstitution de patrimoine et créatrice d'exposition. Elle est éditeur de cartes postales sur les flacons de collection.

Elle est expert en parfums et cosmétiques du XXème siècle.

Voici un extrait de sa conférence:

" Flacons de Collection ( petit précis du collectionneur)

Bouchon émeri

Il est un critère essentiel dans l’appellation « Flacon de Collection »

Le bouchage émeri, c'est-à-dire verre sur verre est permanent jusqu’au début des années 60.

Ensuite, ce procédé est standardisé par l’application d’une bague plastique sur la douille du bouchon appelée plastémeri.

Les cristalliers, tels que Baccarat, Daum, Lalique, Saint-Louis … utilisent toujours le bouchage à l’émeri, symbole de luxe et de raffinement.

Numérotation.

Le numéro présent sur la douille d’un bouchon et sous la base du flacon doit être strictement le même. Toutefois cette numérotation, gravée au stylet, n’est pas un critère de rareté.

Ce procédé, utilisé à des fins pratiques de manipulation, permettait de retrouver le bouchon correspondant au col du flacon sur lequel il avait été rôdé pour assurer une totale étanchéité.

Signature

A partir des années 20, la mention « made in France » se généralise. Elle figure en général sous la base des flacons.

A partir de 1936, Baccarat appose sa marque, gravée à l’acide sur sa production, laquelle remplace la pastille de papier qui était alors en usage.

Les flacons de René Lalique sont en général signés. Pour se repérer parmi tous les procédés de signatures qu’il a utilisé, il est indispensable de posséder un ouvrage sur le sujet.

Toutefois,  prudence quant à la mention « Création Lalique ». Il s’agit d’une réédition d’un modèle original de Lalique, par une verrerie traditionnelle,  pour le compte d’un client."

 
Top